Nouveau Survêtement Présentation Belgique 2018 Noir

Avant de présenter équipe Belgique football, vous pouvez voir un survêtement présentation Belgique 2018, voici: le détail: Survêtement Belgique, veste avec nouveau col bas. Poignets et chevilles côtelés pour un ajustement parfait sans entraver la mobilité. 2 poches latérales. design aux trois bande sur les manches et la flanc du pantalon, pantalon avec taille élastique. Ecusson Belgique sur la poitrine et la cuisse. Fait partie de la collection officielle pour la Coupe du Monde 2018. Veste de présentation avec une fermeture éclair et un col tricoté façon « baseball ». Dotée de poignets côtelés pour un ajustement resserré. Avec des poches latérales pour garder vos affaires avec vous.Conçue avec la technologie respirante Climacool d’adidas, qui vous garde au sec et à l’aise. Composition : 100% polyester. Si vous avez l’attention d’acheter survêtement de foot pas cher, vous pouvez entrer notre boutique.

De plus, je vous présenter les informations concernant équipe Belgique football. Depuis la fin de l’Euro 2016, l’équipe de France n’a pas toujours séduit son public et les observateurs. Mais malgré les critiques formulées à l’encontre des Bleus, jamais un joueur du groupe tricolore n’a osé pousser une gueulante face aux caméras pour réclamer du changement à Didier Deschamps. Sous l’ère DD, si le linge sale doit être lavé, il l’est en famille, loin des regards indiscrets. En Belgique, Kevin De Bruyne a pensé différemment.

Avant le match amical opposant les Diables Rouges au Mexique, le milieu de Manchester City avait reçu les éloges de son sélectionneur Roberto Martinez. « Le niveau de performance que Kevin a atteint cette saison par rapport à la précédente montre l’étendue de son potentiel. Il peut atteindre des sommets. » Des compliments qui n’ont pas empêché le numéro 7 de la sélection belge de lâcher un pavé dans la mare. Après le match nul concédé à domicile face au Mexique (3-3), le Citizen a publiquement critiqué les choix tactiques de son sélectionneur.

« Je ne veux pas faire une généralité, car on a parfois été victime d’un mauvais terrain comme en Bosnie, mais je trouve qu’on se base toujours sur le talent pur. Tactiquement, ce n’est pas bon. C’est dommage de ne pas encore avoir trouvé la solution. Défensivement, tu as deux options : défendre bas ou presser haut. Contre le Mexique, on a fait les deux en même temps. Résultat : l’équipe était coupée en deux entre les défenseurs devant leur rectangle et les autres joueurs qui pressaient haut. On se retrouvait avec d’énormes espaces à gérer au milieu. Vendredi, on était à cinq Belges contre sept Mexicains au milieu. Impossible donc d’avoir le contrôle du jeu. Voilà pourquoi les Mexicains ont eu 65 % de possession de balle », a-t-il déclaré dans des propos relayés par la Dernière Heure.

Un coup de gueule qui ne s’est pas arrêté là. Pour expliquer les soucis tactiques rencontrés par ses hommes durant la rencontre, Martinez avait expliqué au sortir du match avoir voulu mettre sciemment ses protégés face à la difficulté en décidant de ne pas s’adapter à la tactique adverse. Un choix sans doute effectué pour tester la faculté de réaction de ses joueurs. Mais De Bruyne n’a pas franchement apprécié, et il a l’a fait savoir en prenant exemple sur la méthode opérée à City. « Je trouve ça assez bizarre de commencer un match en sachant que ce sera compliqué. Tirer des leçons, on peut le faire aussi en jouant avec une autre tactique et en gagnant. Il faut débuter chaque match en faisant tout pour le remporter. Ça te met dans le bon flow. C’est ce qu’on fait à City. Quand tu gagnes, tu as le sentiment que tu ne peux plus perdre et ça t’aide sur le terrain. Je ne dis pas tout ça pour démolir, je veux au contraire être constructif. Il vaut mieux s’en rendre compte maintenant que pendant la Coupe du Monde ». Face à cette sortie médiatique pour le moins critique, la fédération belge a fait savoir à son joueur qu’elle aurait aimé une remise en question en interne. Mais pour le moment, vu le statut de De Bruyne en sélection, aucune sanction ne serait à l’étude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *